6eme mois de grossesse – l’Âme en incarnation

6eme mois de grossesse – l’Âme en incarnation

Article précédent –

« La présence se fait de plus en plus forte. Parfois elle vient, parfois elle est en sommeil, autour de moi. J’apprends alors que l’Âme ne s’incarne pas immédiatement. Elle va et vient, s’adapte à son corps physique de façon progressive, du 4e mois au 9e mois. Le dernier mois, l’Âme est à 98% tout le temps dans le corps physique, prêt à s’incarner pour de bon une fois sorti du ventre de la mère.

A l’approche du 6e mois, je ressens l’Âme de mon fils car oui, l’échographie du second trimestre a bien prouvé, sans surprise, que c’était un garçon. Son Âme entre puis ressort, connectée mais en phase d’apprentissage de sa future incarnation. Sa présence est toujours autour de moi, auprès de moi. Le dialogue ne peut se faire, car je ne peux savoir tout de son/ses anciennes vies pour le moment. Mais il me fait parvenir des sensations, parfois des images succincts. Et cela me suffit. Le lien se créé avec lui, et continuera ainsi jusqu’à sa naissance. »

gods-hands-holding-child4

Le 6eme mois fut particulièrement intéressant dans les échanges avec le bébé in utero. Ses coups de pieds sont devenus de plus en plus franc et face aux grands bruits autour de moi, il réagissait instantanément. L’interaction est devenue de plus en plus flagrante.

La nuit, je l’ai sentis commencer à s’agiter lorsque je me retournais dans mon lit ou me levais pour les 3 réveils pipi habituels. Est-il agacé de mes mouvements ou cherche t-il simplement une nouvelle position face à ce changement de gravité ?

Physiquement, le ventre a poussé d’un coup. L’étirement de cette peau ventrale me fascine. Le corps est tellement bien fait ! Comment ne pourrait-on pas mettre une intelligence derrière toute cette machinerie inconsciente pour nous ?!

J’ai eu quelques difficultés à dormir mais autrement, j’ai la pêche ! Un peu trop même, car mon chéri se fatigue de me voir tourner dans la maison et faire le ménage d’automne tous les jours. C’est plus fort que moi. J’ai cette envie irrépressible de tout nettoyer, que tout soit propre. Tout ce qui traîne ou n’est pas à sa place peut déclencher une crise de nerf… malgré les contractions qui vont bon-train.

Lors des vacances scolaires, la sage-femme m’a annoncée avoir un utérus contractile, ce qui signifie qu’il se contracte pour peu de chose. Quand je me lève d’une chaise, si je m’abaisse, si la vessie est pleine, si bébé bouge, si bébé donne des coups de pieds ou même sans raison apparente. Il s’agit des fausses contractions appelées Braxton-Hicks.

Un conseil pour les futures mamans : on respire tranquillement et profondément (l’utérus est un muscle qui a besoin d’oxygène pour se détendre) et on se repose quelques instants.

L’idée de me mettre en arrêt a été proposé. Etant en vacances, je n’en voyais pas l’utilité. J’ai alors promis de me reposer et de voir à la rentrée, comment ça se passerait.
Pour le moment, le col n’est pas modifié mais puisqu’il s’agit de mon premier, elle ne souhaite pas prendre de risque car cela déclencherait un accouchement précoce.

Depuis ce moment, la valise pour la maternité est déjà prête.

th


Que se passe t-il en ce 6e mois de grossesse avec bébé ?

L’Âme de bébé est encore plus présente. En pourcentage, je donnerai 70%, ce qui est énorme. Je le sens à la fois à l’intérieur de mon ventre, mais aussi tout autour de moi, tel un nuage de douceur qui m’enveloppe. C’est très léger, mais parfaitement perceptible.
Et lorsque je me rappelle que le prénom n’a pas encore été trouvé par mon mari et moi-même, je culpabilise légèrement.
Peut-il avoir une existence sans prénom ? Comment m’adresser à lui sans identité ?

Cette angoisse de la mère s’apaise quand les Anges me rappellent qu’une Âme n’a pas besoin d’identité pour exister. Elle existe. Point.

Je caresse de nombreuses fois mon ventre, surtout quand il bouge. Je tente de répondre à ses gestes et, bien qu’à travers tous les bruits corporels de la maman  (battements du cœur, bruits des intestins, mouvements des poumons, voix, etc) qui lui permettent de l’accompagner dans son évolution, il m’est important de communiquer différemment et lui montrer que je suis là, d’une autre façon. Parfois il répond à la caresse, parfois non.
Tout dépend de son degré de présence. Je ne force rien. Je me réjouis de ressentir ses mouvements bien distincts maintenant.

Côté rêve, je n’en ai plus concernant le bébé, ni de flashs non plus d’ailleurs. Peut-être m’intime t-on de profiter de l’incarnation physique avant de tout vouloir ressentir. Que ressentirai-je de toute façon ? Le plus important se trouve ici, dans la forme, dans son évolution. J’aurai largement le temps de découvrir ses vies antérieures et qui il est lors de l’accouchement et de ses années de vie terrestre.

Il n’est pas particulièrement utile de savoir qui était l’Âme qui s’incarne avant de nous rejoindre pour une nouvelle mission de vie. Le plus important est le moment présent, ne l’oublions pas. Mais pour comprendre certaines réactions inconscientes, cela peut-être bien utile, à l’avenir. Sans précipitations, acceptons ce qui est.

wpid-mother_earth___terra___gaia_by_anothersunrise-d6m3r963


Le début du 7eme mois…

Contractions, essoufflement permanent, digestion lente, remontées acides, insomnies, fatigue récurrente… Que des joies de grossesse, comme l’affirment tous les spécialistes !
On voit que beaucoup sont des hommes.

Non, les joies de la grossesse se résument à : la bonne nouvelle lors du test, la découverte du bébé aux 3 échographies, et la période du 4eme au 6eme mois – où le ventre et les symptômes nous laissent à peu près tranquilles.
Certes, ressentir la vie dans nos entrailles est magique. Mais parfois, les contre-parties sont bien plus pesantes et nous fléchissons.

L’Âme de mon enfant à naître est maintenant présente à 80%. Ce chiffre est si bien élevé que je distingue très peu de fois les absences de son Âme. Il s’entraîne. Il puise à la fois dans la Source, mais aussi avec l’aide de ses Anges, l’énergie nécessaire pour pouvoir débarquer sur Terre avec tout ce dont il a besoin. Un caractère commence déjà à se définir. Je le sens, sans pouvoir l’expliquer. Je ressens qui il est et sera.
Pour le moment, je ne doute pas de l’agilité de son corps. Il en prend bien possession ! Mon utérus et mes entrailles me le prouvent bien.

Son petit corps fait maintenant près d’1kg200. Autant dire qu’allongée, l’utérus remonte, comprime mon estomac et mes poumons, et écrase mes tripes, bien comme il faut.
Et dire qu’il lui reste moins de 3 mois de maturation du corps ! J’en ai le tournis !
Je suis impatiente et en même temps, je comprends ce processus important. Plus il restera au chaud et mieux ce sera.

Je continue de communiquer avec lui par les caresses mais aussi par la voix. Je lui parle, je décris parfois ce que je vis, ce qui nous entoure. Je le sens réagir à la musique de méditation que je lui fais écouter de temps en temps. Et mieux encore, au cinéma, je ressens lorsqu’il est réceptif ou non. Ce sont une intuition et une sensation qui vont au-delà du simple mouvement du bébé.
Je n’aime pas utiliser le mot « fusionner », car chaque Âme est unique. Mais nos énergies s’enchaînent, il s’imprègne et je ressens son Âme qui s’intéresse, curieuse de ce qui existe. De façon très naturelle, si naturelle que j’en prends conscience qu’après coup, il puise ce dont il a besoin, des éléments de sa future mission de vie.

MB_pregnancy-yoga-480x243

Cette semaine, je vais commencer la méditation avec bébé.
Je vous en ferai part au prochain article 😉

Elia.

Publicités
Grossesse : Incarnation de l’enfant à naître (mon expérience)

Grossesse : Incarnation de l’enfant à naître (mon expérience)

Avant de vivre l’expérience de la grossesse, je me suis intéressée à de nombreux livres qui traitaient le sujet de l’incarnation de l’Âme. Bien que certaines idées se retrouvaient, tout le monde n’expliquait pas la même chose.

Aujourd’hui, je suis enceinte de 23 semaines. J’arrive bientôt à mon 6eme mois de grossesse et c’est avec joie que je vais partager avec vous mon expérience et mes ressentis. Car oui, cette grossesse est pleine de surprises !

Je me permets de partager rapidement mes ressentis depuis le début de ma grossesse (mai 2017) pour vous aider à comprendre comment l’Âme s’incarne.

10425866_10153214353388058_7410306233873848199_n

Un test positif : l’aventure commence !

Lorsque je suis tombée enceinte, j’ai cherché à ressentir immédiatement une présence. Les émois de la nouveauté ! J’ai été très vite déçue. Je ne ressentais rien. Je ne me sentais même pas enceinte… L’inquiétude a vite pris le dessus.

Les jours sont passés, puis des semaines, et la seule preuve de ma grossesse étaient les vomissements perpétuels. Trois mois de nausées et vomissements intenses ! Quelle horreur. Si j’avais su !
Avec un corps sensible comme le mien, il était impossible que je passe à côté de cette surcharge hormonale qui, pour la bonne cause, me rendait malade. A vous, femmes sensibles aux hormones, je compatis !

J’ai persisté. Je tentais de ressentir. Alors bien sûr, mon ventre s’arrondissait, ce qui me prouvait bien aussi que l’étape de création était en route. Les prises de sang aussi. Mais toujours rien. Pas de chatouille, pas de coups de pieds, pas de contact avec l’Âme.

Bébé en images : premier trimestre

J’ai découvert mon bébé sur les images de la première échographie. Quel étonnement ! 6 cm et déjà tout formé ! Une tête, un profil très reconnaissable et un corps, un coeur qui bat, un cerveau qui marche ! Mais alors, pourquoi je ne ressens pas sa présence ? Il est bien là pourtant !
Nous sommes à la fin juillet, et je suis à 11 semaines. Peut-être n’est-ce pas assez ?

Je me renseigne sur internet, entre deux nausées terribles. Quand commencerais-je à sentir mon bébé bouger ? S’il bouge, c’est qu’il est bien là, en moi ! Que son Âme doit-être là ! Internet m’informe que c’est aléatoire, mais que pour un premier, comme c’est mon cas, il ne faut pas attendre sa manifestation avant la vingtième semaine. Encore 10 semaines à attendre ! Mais qu’est-ce que c’est long !

Spiritual-Pregnancy-250x300

Premier coup de pied !

Les grandes vacances passent. Le samedi 19 août, alors que je m’amuse chez beau-papa avec mon mari à jouer de la harpe – un concert avait lieu chez eux – un sursaut trrèèèèèèès léger, presque imperceptible survient dans mon bas ventre, sur la droite. Je reste figée, prête à ressentir d’autres choses. Que s’est-il passé ? J’ai rêvé, je l’ai imaginé ou est-ce un spasme digestif ? Mon cœur bat la chamade. Je prends mon temps pour respirer et je reste à l’affût, mais plus rien…
Je crois que c’était mon bébé. Je crois… Et plus le temps passe, plus j’en suis persuadée. Je finis par dire à mon mari « Bébé vient de bouger pour la première fois ». Et je n’en reviens pas…
J’en suis à la fin des 15 semaines de grossesse, c’est très tôt !
Dans la soirée, lors du concert, un léger raclement mais bien distinct effleure de nouveau mon utérus. J’en suis sûre, c’est le bébé. Il s’active. Il est là ! Enfin !

Bébé bouge mais… Pourquoi je ne ressens pas encore l’Âme ? C’est perturbant.
Le temps passe. Dans les jours qui suivent, bébé me donne un ou plusieurs coups de pieds à la même heure : entre 17h30 et 18h30. C’est un enfant déjà très ponctuel 😉
Puis d’autres horaires se débloquent : 15 minutes après le début de mon repas, comme s’il sentait que la nourriture arrivait. C’était rigolo de ressentir ses coups à des moments très précis.

La fin du calvaire : adieu nausées !

Début septembre, reprise du boulot, et allelouia ! Je n’ai plus de nausées ni de vomissements ! Adieu ces horribles sensations ! Je revis, je remange, tout va mieux ! Je peux enfin profiter de ma grossesse.
Une joie de courte durée quand, en échange des nausées, on m’a donnée la fatigue extrême. Trois à quatre réveils pipi dans la nuit, donc du mal à tenir debout et le grand besoin de faire une sieste d’une heure au moins, comme une petite vieille, pour tenir le reste de la journée. Superbe ! Mais au moins, je ne vomis plus. Je préfère la fatigue à choisir. J’apprends que c’est normal en ce 4e mois. La vie continue.

img_2946

Une Présence… ?

Début du 5e mois (septembre) : quelque chose a changé. 
Je le sens en moi. Il y a les prémices d’une présence… Enfin ! C’est très délicat et ce n’est pas en permanence là, mais je le sens.

Deux rêves me sont parvenus. J’ai rêvé de mon enfant : c’était un garçon alors qu’en début de grossesse, j’avais rêvé que c’était une fille. Il va falloir se décider !
Est-ce que ma « petite préférence » (un garçon, car dans ma famille, il y a énormément de filles) me joue des tours ?
Le matin même du dernier rêve, un flash d’une seconde me submerge. Je vois la coupe d’une échographie avec un fond gris foncé. Devant, la forme d’un fœtus où le sexe est bien visible : un petit zizi ! Comme pour me confirmer ce que je vois, la voix d’une femme me dit « c’est un garçon ».
J’ouvre mes yeux, je suis inondée de bonheur. Non pas par l’annonce du sexe mais par ce que, avec ce flash, une énergie merveilleusement bienveillante l’accompagne. Je suis aux Anges ! Je sais qu’on m’envoie un signe.
J’en parle immédiatement à mon mari qui a l’habitude de mes prédictions et est aussi convaincu que ce sera un garçon.

L’énergie d’un garçon

Étrangement, depuis le 4e mois, je ne peux expliquer comment cette énergie me parvient mais je sens que ce n’est pas l’énergie d’une fille. Mon 6eme sens me dit que c’est celle d’un garçon. « Comment tu le sais ? » me demandent mes amies. Je ne sais pas. Je ne parviens pas à l’expliquer. Mais c’est un fait.

La présence se fait de plus en plus forte. Parfois elle vient, parfois elle est en sommeil, autour de moi. J’apprends alors que l’Âme ne s’incarne pas immédiatement. Elle va et vient, s’adapte à son corps physique de façon progressive, du 4e mois au 9e mois. Le dernier mois, l’Âme est à 98% tout le temps dans le corps physique, prêt à s’incarner pour de bon une fois sorti du ventre de la mère.

A l’approche du 6e mois, je ressens l’Âme de mon fils car oui, l’échographie du second trimestre a bien prouvé, sans surprise, que c’était un garçon. Son Âme entre puis ressort, connectée mais en phase d’apprentissage de sa future incarnation. Sa présence est toujours autour de moi, auprès de moi. Le dialogue ne peut se faire, car je ne peux savoir tout de son/ses anciennes vies pour le moment. Mais il me fait parvenir des sensations, parfois des images succincts. Et cela me suffit. Le lien se créé avec lui, et continuera ainsi jusqu’à sa naissance.

womb-activities

En tant que « médium », j’ignore encore si mon fils aura l’entière disposition de ses capacités ou s’il devra les redécouvrir au fur et à mesure. Ce qui est sûr, c’est que je souhaite lui apporter ce que je n’ai pas eu : un accueil et une compréhension de ces capacités naturelles, pour qu’il puisse s’épanouir pleinement, retrouver son lien avec la Source et trouver sa mission de vie dès qu’il sera prêt.

Et c’est également pour cette raison que je créé aujourd’hui cette nouvelle rubrique, « Parentalité et Spiritualité », pour partager avec vous, régulièrement, que ce soit sur la grossesse, le bébé incarné et plus tard, l’enfant, comment aider, écouter, accueillir les capacités de son enfant et lui donner les cartes en main pour qu’il s’éveille à son rythme, pour s’épanouir dans l’Amour et la Joie.

spiritual-perspective-abortion-540x420

J’espère qu’elle vous aidera autant que moi.

Elia.